retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Tunisie
Global Voices Online, 16 septembre 2011

Tunisie : Aziz Amami a été tabassé par la police pour une plaisanterie


Des policiers frappent un manifestant

Huit mois après la chute du régime Ben Ali, la police de Tunisie n’a pas encore mis fin à ses brutalités et violations de droits humains. Mercredi 14 septembre 2011, le blogueur tunisien Aziz Amami (@Azyyoz) a été interpellé et passé à tabac par la police pour avoir raconté une histoire drôle de bananes en passant devant un poste de police. Il a été relâché le même jour.


Tunisie

Nul ne connaît la blague d’Aziz Amami qui semble avoir irrité les agents de police. Ce que l’on sait, c’est que le Premier Ministre par intérim, Beji Caid Sebsi, s’est adressé à la nation, la semaine dernière, disant que « 97 % des agents de la Garde Nationale sont bons, et le reste sont des singes. » Ces propos ont scandalisé les policiers, qui ont réclamé des excuses au Premier Ministre. D’où peut-être la réaction brutale de la police à la plaisanterie d’Aziz Amami.

Beji Caid Sebsi

Liliopatra rapporte : « Cet après midi, 14 septembre 2011, soit 8 mois après la fuite du dictateur Ben Ali, la police continue à agir comme des voyous : Le militant Aziz Amami alias @Azyyoz a été arreté par la police parce qu’il aurait sorti une voyous sur les bananes devant un poste de police. Il a été emmené au poste de police rue Yougoslavie et il a été violemment tabassé. Rappel : Aucune loi en Tunisie n’autorise la police à tabasser-violenter ou même insulter un citoyen même s’il est CRIMINEL. Merci de noter toute atteinte aux droits de l’homme de la part de la police hors la loi. »

Aziz Amami

L’agression d’Amami a indigné les internautes tunisiens, en leur rappelant une fois de plus que le combat pour la liberté de parole ne s’était pas terminé avec la fuite hors du pays de l’ex-président. Voici quelques réactions sur Twitter :

@slim404 [compte de Slim Amamou, camarade d’Azyz, Secrétaire d’Etat pendnat quelques mois après la révolution] :

« Azyz @azyyoz vient de m’appeler. il est arrêté au poste de police rue Yougoslavie. Je vais le voir. »

« Les policiers disent qu’ils ont relâché @azyyoz. Son téléphone est occupé. »

@FaresAzzabi : « D’après des pages Facebook @azyyoz est arrêté pour avoir sorti une blague sur les bananes devant un policier ! Qui confirme ? @Zinga_ @Slim404 »

@Beheeddine : « j’espère que @azyyoz portera plainte contre ses agresseurs .. blague ou pas .. ils n’ont pas le droit de le toucher. »

@slim404 : « Je viensd’avoir @azyyoz au teléphone. Il a ete relâché. Il s’est fait tabasser. Il va porter plainte. »

@emnamejri : « j’aimerai savoir ce qu’était la blague d » @Azyyoz sur les bananes »

@The_Zabrat lui répond qu’il a simplement lancé devant le poste de police « aurais tu une peau de banane »…

En signe de solidarité avec son confrère blogueur, Insane a dédié un poème à Amami. En voici un court extrait :

« Réveillez-vous policiers,

réveillez-vous camarades,

réveillez-vous agents publics :

nous ne sommes plus dans “l’ère du changement” (quand Ben Ali est arrivé au pouvoir il a ainsi qualifié son gouvernement, ndlr),

vous battez Azyz, vous aurez des Azyz par milliers ;

aujourd’hui nous décidons de notre destin. […]

Combien d’Azyz et combien de révolutions vous faut-il pour devenir humains ? »

Sur le site Fhimt.com, ce dessin plein d’humour, inspiré par René Magritte et Andy Warhol, résume l’absurdité de la situation :

Afef ABROUGUI traduit par Suzanne LEHN

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source